Loading...

Paroles de Sérials


Cette rubrique est dédiée aux sérials membres de l'association
assez courageux pour nous faire revivre leurs différentes expériences

BIGARAID 2015
dimanche 7 juin 2015 
petit CR de la très belle journée passée aux portes du bassin par 8 équipes sérials 7
sur le découverte 1 sur le long ,journée ponctuée par une aprés midi gourmande et
détente dans la trés jolie maison de nos hotes d'un jour mag et cake.Grande premiere
pour les 2 karine (trilles et menant) stef senamaud et vainvain, un "retrogradage"
de derniere minute pour sanfroi et marie.Mention spéciale pour vainvain qui à la suite
de cette expédition a décidé de benner une semi de sable chez lui histoire de
s'entrainer, il aime trop ça le sable!!!!
2eme mention spéciale pour jo qui s'est attiré les foudres de Laura pour avoir
bien préparé  son vélo, 3/4 d'heure de réparation avant de pouvoir monter
dessus!!!!!Aprés un briefing plutôt long depart en masse du long ou mag et cake
laissent partir les furieux avant de s'elancer, le départ du découverte se fera 1/2 h
plus tard.Pas d'angoisse particuliere derriere la ligne et c'est dans la bonne humeur
que le départ est donné ,c'est parti pour 2 kilo de trail sur un rythme bien
évidemment  et comme d'habitude trop rapide.10 mins plus tard canoë et là foire
d'empoigne , 200 babouins qui se ruent sur les embarcations , bousculades
,coup de rame ...mais bon anda pour 3 kilo sur une eau très calme .
certains equipages ont profité du beau temps pour visiter alternativement
les berges à babord et à tribord
trop drole ça du être long pour eux quand même, j'allais oublier Sanfroi
qui lui a tenu à ramasser quelques roseaux.on débarque un peu plus loin
en se frayant un chemin parmi les canoes laissés en vrac et 3eme épreuve
, 3 kilo de trail dans les bois et c'est une traversée de riviere , un peu de boue
et quelques troncs en travers plus tard que nous rejoignons le parc à velo
pour enchainer (sauf jo) sur la derniere epreuve 20 kilo de vtt.Au bout de
quelques kilomètres la chaleur commence à abimer les organismes et le moral ,
vainvain profite de l'occase pour remercier son binome de l'avoir entrainer dans
cette pu....de galère .L'arrivée se profile enfin et c'est au milieude nos amis
sérials déja arrivés et de nos familles que l'on franchit la ligne .Jolie surprise
que de voir sérial stef parmi nous venu pour partager ce moment. Cake et mag
arrivent un peu plus tard du long dans une ambiance trés "sérial" (encouragements
nourris une bière à la main).
La journée se termine chez mag et cake et nul doute que ce rdv "post sportif"
va devenir incontournable ps:pour tout ce qui est résultats vous n'avez
regardé sur le site du bigaraid vous aurez bien comprisque l'essentiel n'était pas là...
XAV 



18ème édition du Gevaudathlon en LOZERE
du 14 au 17 mai 2015 

compte-rendu du team "serial GM le Haut Marbuzet"


 

Nono, Fredo et Lolo: voilà la fine équipe 100% SAS de service pour le 18ème Gévau.
 Xav en couple avec le Naka Cyril, forment l'équipe 17 assistée par
Daniel et Lionel.
 
Fondée sur l'envie de partager une aventure peu commune, cette expédition
s'organise  tranquillement grâce à l'expérience de mes équipiers. Pour moi,
"traileur vétéran" ayant peu de vélo, c'est la découverte du monde du raid coté
concurrent. Pas de pression, juste envie de se régaler, de partager des valeurs
communes à nous trois et profiter un max de ce que nos cousins lozériens allaient
nous proposer.
Jeudi matin, départ serein, tout est ok, mes deux comparses sont comme
d'habitude,  joyeux et drôles.Voyage sans histoire qui me rapproche de mes racines!!
Arrivée à Marvejols  ou nous attend un accueil chaleureux, empli d'une sincère
gentillesse qui donne l'impression de retrouver une famille. Ce moment, fort
humainement, se charge petit à petit d'autres sentiments,plus sournois, quand je
réalise que ce qui nous attend semble être très costaud déjà sur le papier. Je sais
depuis mon enfance que le kilomètre lozérien n'a pas forcément la même valeur
qu'ailleurs. Je me rends compte aussi que l'âge moyen des concurrents est celui de
mes enfants et que je fais figure de Papy. Petite inquiétude. A coup sûr, ce
tournant émotionnel donne toute sa valeur à l'équipe et je me calque donc sur  Fred,
"l'ancien" par l'expérience, et m'appuie sur Nono, expérimenté lui aussi dans le rôle
d'assistant.
Salutations, retrouvailles, découverte des épreuves et des autres équipes…
voilà une autre  nouveauté pour moi: une population jeune, très jeune par rapport
au trail, genre tranquille, espiègle, joviale, affable, même on lit déjà l'envie de se
tirer la bourre.
Là aussi, on imagine une petite famille heureuse de se retrouver pour partager
quelque chose.
Vu leur morphologie, je comprends bien que ce ne sera pas seulement l'aligot et le
magret du samedi soir.
Cette première montée d'adrénaline donne raison à Fred qui m'a poussé dans
cette aventure: Le Gévau, faut le vivre, c'est autre chose! et je suis heureux d'être là.
Nous nous installons en fin d'aprem au vvf et après quelques pâtes, nous nous
préparons pour le prologue traditionnel du jeudi soir: un trail. Pas trop inquiet car
je crois  connaitre.  Préparatifs habituels (ou presque car pas de strap  malgré
les conseils de Nono..)
jonction en voiture et nous voilà au pit. Briefing de bienvenue de Pierrot et une vraie
minute de silence, hommage fort et poignant.
 
Et puis en un rien de temps, tout le Gévau prend sa vraie dimension:
je pense départ en  masse pour suivre tranquillou un peu de rubalise, et si j'avais
mieux écouté le brief, j'aurai entendu CO! En fait, nous partons toutes les 30' pour
aller chercher 14 balises  posées sur une carte IGN.
Et là, dans le noir frisquet de la nuit lozérienne, je deviens aveugle sans mes lunettes
enfuies je ne sais ou! Tout se brouille  d'un seul coup, panne de neurone, affolement.
Fred le comprend de suite et décide de suivre la première équipe qui passe à portée.
Malheureusement, nous suivons deux gars qui ne font que s'échauffer vers le parking…
Il me faut bien trente secondes pour faire retomber le stress et reprendre mon rôle
d'orienteur  que Fred m'a attribué et nous partons enfin réellement pour la CO. 
Sur l'énervement, j'avale le chemin qui doit nous mener au premier rampaillou à
bonne allure mais  je sens vite que Fred ne suis pas. Je ralentis et entends pour
la première fois de ces trois jours la voix de la sagesse et de l'expérience:
"prends ton temps, ça va être long et difficile Lolo, faut en garder mon petit lapin!!!"
. Son rôle de modérateur sera facilité par une vilaine entorse à la cheville gauche
que je me fais quelques enjambées plus loin!
Merci Fred, merci d'avoir eu le bon conseil à chaque occasion.
Je ne vais pas vous narrer en détail chacune des onze sections suivantes,
ce serait lassant de dire que j'ai passé beaucoup plus de temps à côté du vélo
que dessus!
(ceci dit, je n'ai pas eu mal au c..)
 
Par contre, je peux tenter de vous les dépeindre avec plaisir tant on en a pris
plein les yeux: un  splendide trail où "il suffit de suivre la crète et rentrer un peu dans
les buis!", avec un 360° sur Le Lozère, l'Aigoual, les Causses, les Monts d'Aubrac,
la Margeride et toutes les vallées de ce véritable château d'eau.
Un vtt'o dans une forêt sortie d'une bd de sf, avec des singles au milie d'immenses
pierriers sortis de "on ne sait où", singles en dalles de schistes fleurtant avec le "trou",
des menhirs plantés en haut de nulle part, gardés par deux sumos tout aussi
improbables, des murs de pierres sèches à n'en plus finir, des petits ruisseaux partout,
des belles forêts de faillards et de sapins (heureusement, il n'y a pas de cèpe à
cette saison!), une succession de singles ouverts pour l'occase  dans une belle forêt
pleine de pièges,  enfin voilà tout est magnifque….pour un randonneur!
 
Mais là, c'est le Gévau !! course à pied et vélo, et c'est pas la même musique.
 
Le bisu que je suis découvre, à mes dépends, l'ampleur de l'effort, la difficulté
des gestes techniques, la valeur athlétique requise. Mais je découvre aussi une
ambiance de course magnifique qui se rapproche beaucoup de celle des fins de peloton
d'ultra trail:entraide, sollicitude, respect, du premier au dernier puisque nous nous
ferons beaucoup  doubler durant ces deux jours.
 
Mes moyens physiques limitent ceux de Fred, mais son envie fantastique de
partager cette épreuve  me permet de ne pas couper l'effort, malgré chaque passage
difficile, et nous mène vers le PC suivant. Nono l'assistant prévoyant, dopant ma
volonté à grands coups de bonne humeur malgré de longues attentes dans le froid,
fait le reste. Un vrai travail d'équipe, on gère, on se rappelle les objectifs simples:
finir sans se faire mal et finalement nous y
sommes arrivés. Grand plaisir.
 
Au passage de la ligne d'arrivée, la joie est celle de l'équipe.
 
Voilà, s'il faut mettre des mots clés: découverte, effort, douleur, plaisir,
amitié et partage.
 
Enfin, pour clôturer, une soirée de fêlés fluos, emportée par une équipe
de bénévoles même pas fatigués.
Appéro dans la rue, boum boum de Bacchus, même un petit coup de Darude
bien dans l'esprit et un bon repas. Une dernière fois lors de l'annonce du classement,
on ressentira le grand fair play et la modestie de chacun  de ces avions de
devant ( une autre planète!).
 
Ce monde du raid haut niveau est frais, les valeurs sont rassurantes.
Avec une épreuve comme le Gévau, mené par une équipe qui ressemble
à une famille, fruit d'un travail de  préparation énorme fait avec plaisir, et
 un bon brin de folie dans chaque choix (fallait des cou… pour envoyer 150
péquins dans le brouillard de l'Aubrac  seulement munis d'une photo aérienne!),
donc avec ce genre d'épreuve magnifique et un plateau de concurrents habités
de telles valeurs, on espère que rien ne change et que nos jambes nous permettrons
d'être là l'année prochaine.
 
 
Merci mille fois Fred et Nono, merci à Xav d'avoir partagé le hors course,
merci à Pierrot  et sa famille de potos aussi enthousiastes qu'un brin fêlés,
merci à tous les autres heureux participants pour ce week-end de vrai sport.
 
Je suis un vieux Lozérien de souche, bien fier d'avoir fait partie de la famille
du Gévau une fois  dans ma vie.
 
 Vive le Gévau ! ..............Serial LOLO
 

Compte-rendu rédigé pa Cyril MELOT des NAKA-NAKA
dit "Nakapal'doigt"

Le Gevaudathlon 2015

Voilà, pour la deuxième année je me lance sur ce grand raid du Gévaudathlon à
Marvejols (en Lozère).
David qui devait le faire avec Xavier des Serials se désiste et c’est avec grand
plaisir que je prends sa place. Et me voilà donc parti pour 6h de route avec Xav
et nos 2 assistants de choc : Daniel et Lionel !!...Une autre équipe Serial nous
accompagne les joyeux lurons : Fredo, lolo et l’assistant Bruno. L’ambiance est
déjà au top…Fredo nous promet un striptease si il finit devant nous…les blagues
et les conneries serials fusent…


Comme chaque année le raid débute par un prologue le jeudi soir. Cette année
trail nocturne de 10 km…ou plutôt orientation nocturne. Départ toutes les 30
secondes.Le froid est déjà là, départ vers 22h…on avait hâte d’y aller car le froid
commençait à nous saisir (mais c’était rien par rapport à ce qui allait nous
attendre les jours suivants!!...).Et nous voilà parti dans ces petites montagnes
lozériennes…sympa toutes ces lampes qui brillent dans le noir. Montée et
descentes rudes s’offrent à nous. Grosse erreur sur la balise 3…mais le rythme
reste sympa…pendant une descente une pierre finit sa route sur mon pied…
douleur intense…obligé de boiter jusqu’à la fin (mais je crois que
Xav ne s’est pas trop aperçut de mon baisse de régime…lol). On finit en 35eme
position (sur 78).

Pendant cette épreuve Lolo se tord la cheville…mais c’est un guerrier…et il
repartira avec son entorse sur le reste du raid.


Vendredi 15 mai : Une heure de route pour rejoindre le départ. Le temps est
moyen, mais pas trop froid ni de pluie. Tout va bien….sauf quand je m’aperçois
que j’ai oublié mon doigt électronique au gite…plus le temps d’y retourner….
Xav a le regard déconfit…on va faire le raid pour du beurre ?? Plus moyen de
prendre notre temps….Et voilà que les Serials me trouvent mon surnom :
le « nakapasdedoigt » !!...Heureusement que Jean-Philippe un copain de raid
avait un doigt perso et a pu me le prêter pour tout le long du raid…..

Apres ce moment de stress, nous voilà parti pour cette longue et dure journée.

Trail de 12km. D’emblée ça monte, ça monte…Xav tire la langue…mais faut y
aller tranquille.La journée va être longue. Apres la grosse montée, on joue aux
montagnes russes,
on monte, on descend en prenant le temps d’admirer ce magnifique paysage.
On se fait doubler par des fusées parties plusieurs minutes après nous.


Transition sous une pluie glaciale…et nous voilà parti pour 21km de VTT
Road Book. Pas trop d’erreur. Tout se passe bien, sauf le pauvre Xav qui
n’arrivent pas à prendre son rythme…je le tracte un peu pour le soulager.
Descentes très technique avec un vide
de plusieurs mètres. Xav manque de peu de finir au fond du ravin.
La prudence est de mise !!...


On poursuit par une petite transition pas trop difficile de VTT en suivi d’itinéraire
qui nous amène au départ d’une CO de 7km. On galère grave sur cette CO.
Faisant de grosses erreurs d’interprétation de la carte. Pas facile d’orienter à deux.
Moment étrange quand le ciel s’assombrit, et qu’on entend plus personne dans
cette foret….d’un coup il n’y a plus aucun concurrent…on se sent seul…
la bête du Gévau traine dans les parages
On finit cette CO tant bien que mal. Mais pas fière du tout, surtout quand on
part pour le VTTO en dernière position !!...


VTTO assez facile. Plusieurs allers retours pour récupérer les balises. Je lance les watts
pendant que Xav essaye de récupérer en attendant mon retour. Mais la pluie s’en mêle,
une pluie bien froide !!...


Etant bien en retard sur barrière horaire, on décide de zapper le Bike and Run
et du coup également le dernier VTT road book.
L’autre équipe Serial, pas trop loin de nous, font exactement la même chose.


On part donc sur la dernière épreuve de la journée. 11km de Canoë…mais là, on
est transit de froid. Un type nous dit qu’il nous faudra au moins 1h30 pour finir !!..
. on se regarde avec Xav. Prêt a abandonner cette épreuve.
Ça va être dure de rester tout ce temps la complètement gelé !!...
Mais bon, on est là pour en chier !!...et hop, après qques coups de pagaie,
les corps se réchauffent un peu. Les km sont longs, avec des passages plus
ou moins technique.
Xav descend du canoë pour pousser le bateau coincé…mais là, il chope
une crampe et plouf… le Xav prend son bain…On finit difficilement cette épreuve.
Et c’est transit de froid qu’on « court » le dernier km pour rejoindre le
haut du château. On mettra plusieurs heures avant de se réchauffer !!...


Petit barbecue préparé par nos assistants de choc…
tiens la bouteille de whisky en a pris un coup !!...


Samedi 16 mai. La journée devrait normalement être moins dure et moins
pluvieuse…c’est bon, j’ai tous mes doigts…on peut y aller. Mais après
une heure de route on arrive dans un environnement apocalyptique…
du vent, du froid, du brouillard…on voit rien. L’organisation décide quand
même de nous laisser partir sur cette première épreuve de CO photo aérienne
. Pierrot finit son briefing avec ces mots « et que dieu vous protège »
…autant dire qu’on n’est pas sûr de revenir de cette purée de pois…
Heureusement cela se dégage un peu au moment de notre départ.
L’orientation se passe bien, pas trop d’erreurs. Le retour fut bcp plus dur
car le brouillard étant retombé, on ne voyait plus rien, plus d’équipe, plus de repère…
va-t-on dans la bonne direction ...mais bon, on s’en sort vivant. Ouf.


Le Bike and Run prévu après est annulé à cause de ce brouillard. On passe
donc directement aux 22km de VTT Road Book. Parcours super sympa et technique…
des cailloux, des racines, des trous et des sacrées descentes.
Certains raideurs criaient leur joie de descendre ces pentes Gévaudante…
Malheureusement Xav explose son dérailleurs…obligé de passer en
monovitesse. Difficile après d’envoyer et de relancer sur le plat et les descentes !!..
mais bon, Xav maitrise bien et garde quand même une bonne allure.


Transition sandwich pour repartir sur un trail de 8km. Le beau temps est enfin la.
Ça monte drue…dans les cailloux…escalade. Certain concurrents continuent
à courir !!...ils sont vraiment très fort !!.. Descentes également très techniques.
J’essaye d’y mettre du rythme sans me casser le figure afin d’améliorer
ma capacité aux descentes. De tps en tps je tracte Xav pour essayer
de garder le rythme…passage de rivière et hop c’est parti pour notre
dernière épreuve…


VTTO au score à réaliser en moins d’1H15. On se débrouille pas mal,
mais on sent que la fatigue est là.
On ne pourra pas tout faire. Et les côtes sont terribles.
On galère pour trouver le bon chemin à la balise 7…
obligé de laisser 3 balises (qui valaient le plus de points)
et finir dans les temps

.
Je fini ce raid moins fatigué que l’an passé, mais j’ai pris autant de plaisir.
C’était vraiment sympa cette ambiance de Serials…y’a le sport
et la rigolade !!...et c’est vraiment important. Même les meilleurs sont
vraiment humbles…pas de prise de tête !!...
Que dire de la soirée Fluo
qui suivi ??....ben le « nakatoutbu » et le « nakadanser » était bien présent !!...

En tout cas, un grand merci à Xav pour m’avoir accepté comme coéquipier
(j’espère que je ne l’ai pas trop fait souffrir !!...) et merci aux autres serials…
on a bien rigolé !!....


Raid à refaire et refaire…on passe vraiment dans des endroits
magnifiques et inimaginables. 

Aller les Naka, l’an prochain on se monte plusieurs équipes !!..


Dimanche 30 novembre 2014
-  Biscatrail (biscarosse- 40)



Voulant faire le 32km comme l'an passé, c'est plutôt sur le 17km que je
décide d'accompagner Mag qui n'a jamais couru sur une aussi longue
distance sans arrêt ou changement d'activité type raid.
Il fait beau et chaud ce dimanche. « La Reine » a fait gentiment le
déplacement de Pommiers Moulons pour s'occuper des filles.

Nous voilà donc au départ de cette très belle course organisée par les
sapeurs pompiers pro de Biscarosse. Un nouveau parcours avec
apparemment un nouveau mur de sable très impressionnant.

10h pétante, nous sommes environ 450 traileurs à partir.
Mag part sur un bon petit rythme et sur les 2 kil de plage du début
nous devons éviter les vagues car c'est marée haute.
Parfois c'est facile, d'autres fois moins et nous nous retrouvons
sur la première bosse tous en file indienne avec les pieds mouillés.

Mag est bien, son cardio super, elle mollie un peu dans les côtes
mais c'est le seul moment où nous gagnons des places.

10km, ravito sur la plage dite « l'ydille » du lac de bisca.
Super point de vue avec le petit port Maguide juste à côté que nous
venons de traverser. Je m'inquiète un peu de la suite des évènements
mais j'ai tort. Mag annonce qu'elle veut faire deux heures.
Alors que nous partions sans objectif. Cela fait 1h10 que nous courons
ça va être chaud mais après tout il lui faut bien un projet pour avancer.

La suite sera identique à la première partie de course.
J'ai apporté un petit « tire minou » dans mon sac pour le coup de mou
et bien ce dernier ne viendra pas.

Le fameux mur arrive face à nous toujours impressionnant avec tout
le monde en souffrance en file indienne. On se tient par la main et nous
voilà à reprendre au moins 25 places dans cette belle bosse.
Ensuite ça déroule jusqu'à la plage dans de belles pentes.

Et enfin les deux derniers kilomètres à côté des surfeurs.
Mag marche un tout petit peu mais elle reste volontaire et vraiment solide.
Nous terminons ensemble cette magnifique course en 2h06 avec
un GPS qui affiche 18km.
Le classement est encore en attente mais Mag a entendu 220.
Très beau souvenirs à réitérer avec davantage de sérials.

Cake






27 septembre 2014, Sérial Stéph se fait la skyrhune


Superbe course.

Je savais que ce serait très dur pas uniquement à cause de
mon piétre entrainement mais surtout parce que, connaissant
l'organisateur Nico Darmaillacq, ça ne pourvait pas être autrement !!!

Et la chaleur en plus...

Le chrono parle : 3h47 pour boucler un 21km. Autant dire que
les 1700m de D+ ne sont pas passés inaperçus ! Et avec ce temps,
je me place pourtant 208ème, encore dans la première moitié de classement !

Je me suis élancé à 15h d'Ascain parmi les 495 coureurs qui ont
pris le départ. Après une dizaine de minutes en légère montée sur
bitume, nous attaquons le sentier qui montera pendant 4km.
Là, il n'y a plus grand monde qui court. Les meilleurs ont déjà pris le large.
Après cette montée, une descente, puis une montée... et ainsi de suite jusqu'à la fin !

La montée très redoutée vers la Rhune arrive et c'est l'enfer.
700m de D+ sur 2,2km !
On termine les 50 derniers mètres à 4 pattes. Tous.

J'ai souffert (comme d'hab) mais c'est passé.
J'avais l'espoir de ramener une médaille mais pour cela,
il fallait passer sous les 3h30. Tans pis, je garderais un super
souvenir de cette course très exigeante.

Belle organisation et plateau très relevé (2h01 pour le premier !).

Stéph.     



Le 13 & 14 septembre 2014 :
 sériale Victoire sur le Raid Oléron


les "sérial Naka" sont cinq à s'engager sur ce raid et........l'emportent.... 

la sériale classe quoi ! 






Le 25 août 2014, Sérial Stéph fait du gros : UT4M

gros moral....grosse perf... finisher.....





























   































27,28 & 29 juin 2014, Laure, Joël et Annie sur

            le Raid ' L'ULTRAMARIN"  golfe du Morbihan........  
             177 kms pour Laure & Joël... Annie finisher sur le 56


Départ à 17H pour 177km autour du Golf du Morbihan.
La météo était certaine : De la pluie ! (par chance pas au départ
et le ciel restera clément jusqu’à 6H du matin !!)

 

Par contre, malgré de très bonnes sensations (retrouvailles
d’Alain Gestin au départ de la course, d’un copain de courses
désertiques pour Laure & moi-même ainsi qu’un copain
organisateur de trail en Corse et distributeur Brooks) le moral
va être fortement altéré au 19ième km par notre arrivée près
d’un attroupement et un corps allongé. Malgré les efforts de
Laure ce trailler de 58 ans avec qui j’avais échangé quelques
mots quelques minutes plus tôt est décédé. Après avoir tenté
de le ranimer et attendu les bénévoles de la Croix Rouge et
les Pompiers puis le Samu nous sommes repartis 45 minutes
plus tard avec les serre fils à 10 minutes.

Personnellement la dimension psychologique sur mes
courses est un élément important (comme beaucoup
d’entre vous, je ne cours pas essentiellement pour mon
bien-être physique et je recherche un bien-être psychologique
 ; de ce fait 
 j’ai eu un peu de mal à relancer la machine…)

Quand bien même avec Laure nous nous y sommes remis
et avons courus 35 km et remis le serre-fil à 1H30 et retrouvé
nos copains (malheureusement nous n’avons pas rattrapé
Serge GIRARD que nous avions doublé aux 17ième km –
il était venu présenter son projet tout à sa démesure à
l’Ultra Marin – regardez son site internet pour comprendre
)

La nuit s’est alors installée rythmée par une marche rapide
(beaucoup trop rapide pour moi qui préférais rester en
retrait en marchant à mon rythme et courant régulièrement
pour rattraper le groupe de 4 personnes).

Le matin le froid, la fatigue puis la pluie sont arrivés altérant
mon moral solaire ! De ce fait Laure me conseilla de laisser
le groupe et de courir pour les attendre au prochain
ravitaillement (15 à 20 km plus loin) en ayant au préalable
traversé le golf sur un Zodiac. Arrivé avec 20 minutes d’avance
je pus manger et me reposer en attendant la troupe. Nous
repartîmes tous les deux avec Laure pendant que nos
copains se faisaient chouchouter par les podologues.
Au menu  de la pluie et de la boue (heureusement nos
sorties avec Laurent, Bruno, et la troupe m’ont déjà fait
connaitre cet environnement peu engageant), bref nous
avons pataugés dedans sans pouvoir courir comme il
l’aurait fallu) : heureusement sur notre gauche de l’eau
salée et des voiliers !!

A 24 heures de courses nous étions à 120 km et après
un arrêt d’environ 2H dont 1h de sommeil nous repartîmes
sous une accalmie et à 130 km après que Laure m’ai
« autorisé à la laisser seule » (sa préparation psychologique
à la Diagonale la motivant pour finir cette course) je décidai
de mettre le clignotant à droite car ne trouvant pas
suffisamment de plaisir à passer les 6 ou 7 prochaines
heures pluvieuses à marcher vite et ou trottiner. le reste
de l’histoire est racontée par la « Wariore » Laure tel que
l’a appelé son collègue de course que j’ai retrouvé à 8H
du matin à l’arrivée !

 

 A mon tour de livrer mes impressions : Je suis sur la ligne
de départ un peu fébrile me disant "plus jamais!!", Nous
partons et quelques km plus loin nous retrouvons  Jean
pierre avec Patricia et Philippe deux collègues a lui expatriés
en Russie et nous nous suivons plus ou moins en trottinant ,
puis nous les dépassons pensant se retrouver au prochain ravito
,mais nous sommes vites stoppés par le malaise d' un trailleur
qui ne sera pas réanimé. La relance est dure (dans la tête) ,et
nous appelons le PC course pour qu'ils soient indulgents dans
les barrières horaires pensant être les derniers. Nous trottinons
et arrivés à la nuit à un cp nous retrouverons nos compagnons 
de course en train de manger avec environ 60 personnes :
bouffée d 'optimisme : on n'est pas dernier !!

certains dorment à même le sol et j 'ai sommeil... Mais nous
avons prévu une halte que vers le matin au cp de Port Navalo
à mi-parcours. La nuit est dure, nous marchons. Je fais la
connaissance d'un marcheur de 70 ans qui avance bien qui
a fait plusieurs fois la réunion "oups" dur dur, on papote une
heure et puis il me dit "bon j 'y vais, à bientôt ", il accélère le
pas et je ne reverrai plus..... C'est comment la réunion
? ?

Quelques temps avant le bateau Joël qui préfère courir
commence à dire que ça ne va pas "je n 'aime pas ces
courses ou l’on marche" Zut s'il arrête je ne suis pas
sûre de tenir, je suis nettoyée, vas-y cours forest, je le
décide et il part dans sa course jusqu’à Port Navalo,
dynamisée je laisse à un moment donné mes compagnons
et je trottine le rejoindre, pour arriver 20mn après à prêt Port
Navalo. Je le vois qui dort  , "super il ne va pas me lâcher"
douche, change, podologue, dodo puis repas (il m’avait
été impossible de manger directement en arrivant de part
des nausées) et on repart tous les deux en trottinant sous
la pluie (JP, Philippe et Patricia partirons plus tard). De
nouveau vers le 130ième mon homme décide que ces
courses sous la pluie ce n’est décidément pas ses courses
et qu’il va arrêter. Bon moi ça ne va pas trop mal et je me
dit que si je ne teste pas une deuxième nuit , ce n’est
même pas la peine de penser aux trois nuits de la Réunion,
je continue. Il ne pleut plus et j'arrive a trottiner au milieu
de paysages magnifiques ,Je double un jeune homme
"ça va?" "Oui mais je galère plus que l'an dernier au raid
de la réunion, je dois être moins entraîné " Ça me rassure
un peu sur le retour d’expérience que je suis venue chercher.
La nuit va tomber et un jeune homme qui se prénomme Vincent
39 ans me propose de passer la nuit tous les deux ... Ça ne se refuse pas !
, c’est parti pour la deuxième nuit , marche à 5km/h sous la pluie.
La bonne nouvelle arrive quand Vincent me dit : je suis crevé ,je te
propose de dormir au prochain cp (je n’avais pas vu qu’il
restait un cp avec des lits) génial. Je m'écroule a cote d’un
traileur qui est en train de partir et je pense avoir de
mégas ampoules aux deux pieds ,surtout ne pas enlever
ses chaussettes !!! Vincent me réveille au bout d'une
demie heure et c est repartit pour les 22 derniers kilomètres...
Vincent est rapidement dans le rouge et je passe devant
pour essayer de le faire marcher à 4km/h au moins, je ne
vais pas trop mal mieux qu'en milieu de course, aller "on trottine
2km avant " C’est parti  On la tient , Joël nous attend Yesssss
?
Be
lle expérience humaine, le doyen de 83 ans croisé au
dernier cp arrive peu après ,chapeau bas ..





Le 1er Juin 2014 à BIGANOS

- BIGARAID 2014 - (by sériale Mary)

Cette année encore, les sérials étaient nombreux pour défendre nos couleurs,
et parmi eux 2 nouveaux venus :
Sériale Suédoise Sabine et Yannick (sérial double malt)

Après la traditionnelle photo de groupe et l'évaluation du moral et de la forme
de chaque binôme .....car l'air de rien, il règne un petit esprit de compétition..:),
Nous gagnons l'arche de départ.
Coup de sifflet 9 H 40 et Stéph Saint Jeantel vil coyote met un vent au patron
qui a quand même réussi à le rejoindre (non mais tout de même, un peu de
respect !)
Les sérials G du Ju sont très fiers de terminer à 6 places  des G 17, même
si pour ça Juju a failli y laisser un oeil au bout d'une ronce.
Les autres équipes se suivent de près..... Après une petite bagarre sur la Leyre,
Les Double Malt passent les suédois dans les roseaux, les fifilles les laissent 
se disputer et passent devant, mais les bras des garçons font la différence...ils
sortent de l'eau en 1ère position.
Sur la suite de la course, on s'aperçoit..... mais chacun défend sa place
et se bat pour ne pas être rattrapé.
Les double Malt finissent 29 ème, les sudédois  7ème des mixtes, les fifilles
2ème des féminines.
Félicitations à tous
PS: cette année pas de dégustation de poulets, Sérial papy Nono a préféré
garder sa petite fille (et il a bien raison .....:))








Retour d'expédition en AVEYRON  de Sérial XAV
avec Sébastien NEuVEU et son pote Dany  

Quasi 5 h de route pour se rendre à sainte affrique petit village entre millau et albi.

la
 xv eme édition de la sainte affricaine n'avait d'africaine que le nom ,
en effet pas plus de 10 °C en bas et 4 en haut plus le vent la pluie
et donc la boue .

Malgré tout,  80 kms de plaisir pour 6 h de roule avec 1900m de D+  .
Quelques problèmes de crevaison nous ont quand même immobilisés quasi 1 heure
mais la satisfaction de bien finir nous a fait oublier ces avaries.

Sur l'organisation rien a dire...... si ce n'est un accueil incroyable,  des lots sympas
et un repas d'après course de qualité et... des douches chaudes!!

xav






Bon, ça....c'est fait..... gros morceau que ce 73 kms des citadelles.... avalé dans la sérénité
avec  notre sérial groupe... super week-end....doux....et dur à la fois.......

On monte le coup:  Après un bref passage en Andorre en début d'après-midi histoire de
prendre du rhum pour noyer un éventuel chagrin....... on se retrouve tous à 18 h sur
Lavelanet pour retirer nos dossards... on rencontre Michel ARNAUD le sympathique GO
tout en concentration et Pad lui laisse des polyphénols pour le remonter.....sympa...
On gicle à Montferrier dans le gîte très sympa des SIGNORET où on monte notre pasta
party ......on prépare la guerre... les tratégies s'affinent... on sent l'appréhension et qu'ça va
être chaud !

Lever 4 h 15 .... coach Lolo est au taff, ça strappe dans tous les sens,....p'tit déj au gatosport
et dernière check list....
5 h 50, on est au pit sur la place de Lavelanet, musique des citadelles,
peuple du trail prêt à bondir......

Gaz !!!  début de l'aventure et départ à la frontale dans la matinée fraîche , sous une lègère
bruine... ça s'annonce pas mal....
Les pad's et Yan partent en tête.... suivis de Mapie/Lolo
& Mary/Nono... à l'attaque des crêtes de Madoual, Mary et moi décidons de séparer nos destins,
je file rejoindre Hélène, Yann et Stéphane qui sont en précurseurs.... après quelques kilomètres
ensemble je pars seul..............ils assurent plus en CAP..........Comme dit Stéph (l'autre), il faut profiter
des moments où on est bien... on va se retrouver plus tard................

Je passe le col du Figuier et ils me rejoignent après quelques minutes à Belesta au 1er ravitaillo du 18 kms.
On a 20' d'avance sur les prévisons de la précieuse plaquette de Lolo, soit 40 ' d'avance sur la barrière
horaire. 
Motivé, je file vers FOUGAX par la crête de Millet chère au GO précité (Michel, surnommé le
comte de Millet)
.
C'est là que je chope un rémora de 25 ans et d'1m90 natif de Poitiers, qui va égayer
les 30 kms suivants....et profiter pleinement des effets des pastilles GU effervescentes de ma camel......:)
Nous menons bonne allure dans la forêt de sapins jusqu'au 33ème kms et FOUGAX, ou nous entrons
tous deux au ravito à 11 h 17 (50' gagnées sur la barrière). 
Sans trainer, nous reprenons la pente vers
le col des Balussous et la jonction avec le 40 s'opère. Les problèmes commencent ici...........
la
« longue et rude montée.... vers le col du Tremblement.... » est vraiment dure.....
Je maintiens un rythme soutenu, suivi comme mon ombre par le rémora bien sympa qui déprime à la
montée.... on arrive à Montségur où mon jeune Poitevin me remercie du guidage et m'envoie un « merci
mon vieux solide »,
…. marrant, on dirait Toine....

J'attaque Monségur avec moral au beau fixe. Tout est dans le brouillard, il fallait être là l'an dernier
pour admirer.....
Après un tour des créaneaux du château, j'entame la redescente et croise Yann qui
monte....... il est facile......... quelques dizaines de mètres plus bas , Pad est avec Hélène qui a un
petit coup de mou..... le col du tremblement a laissé des traces......on lui conseille de ravitailler en
gel.... je les quitte avec une lègère inquiètude....pour rejoindre Montferrier par le sentier Cathare à
14 h.
(40' d'avance sur la barrière)
S
i le plus gros du dénivellé est maintenant derrière moi, les pentes du château de Roquefixade vont me calmer.......
dur à la grimpe... les gels sont peu efficaces..... une nana en difficulté elle aussi prend le train en marche.....
on se refait tous deux la cerise dans la descente vers ROQUEFORT LES CASCADES où on rentre à 17 h 04,
on a encore 25 ' de marge.... ça s'est réduit mais ça va le faire... c'est sûr... 
2 minutes plus tard, Pad rentre à son
tour dans le ravito.... .. Yan arrive quelques secondes plus tard suivi d'Hélène ....,solidaires, ils ont repris
du poil de la bête après le 40ème et n'ont rien lâché. Leur bon niveau de CAP se retrouve
là, ils ont pris la mesure de l'épreuve dans les dénivellés de Monségur et ont fait leur expérience................
A partir de là, on décide de terminer ensemble et on attaque les 10 derniers kilomètres qui sont loin d'être
donnnés. 
Les gorges de Péreille qui rappellent les périgrination des hobbits sont longues et dures.... mais
on passe avec soulagement avec 30 ' d'avance à RAISSAC, dernière barrière horaire.... bon plan..... c'est fait.......
.il reste 5 kms...
La dernière montée pour rejoindre LAVELANET et l'arrivée est toujours aussi dure et on
passe tous 4 la ligne sous les encouragements de Mapie en 13 h 49.
Sérial Eric est là lui aussi...... engagé sur le 40 avec sa moitiè, ils ont terminé tous les deux malgré une blessure
de cette dernière.... bon rétablissement et bravo...... merci pour tes encouragements et ton sourire permanent Eric....
Mapie espère voir arriver Lolo, nous explique avoir lâché l'affaire au 55 ème avant Roquefixade pour lui
permettre de tenter de passer la barrière du 60ème km.... chapeau bas Mapie Jolie....
finisher du 40 kms des citadelles en 2013 et des 2 derniers GRP, ya plus rien à prouver...
Bonne stratégie d'ailleurs puisque l'OVNI va s'arracher pour réussir à passer à 3' de la guillotine au 60 ème,
puis va grignoter 18' au 66ème pour finir juste derrière nous avec un sourire grand large qui nous ferait chialer....
Que dire enfin de la Marloche nationale qui après un trail soutenu, peine comme moi sur Roquefixade.......
insiste et passe à l'arrache à ROQUEFORT et RAISSAC pour entrer dans l'histoire de l'épreuve et
finir 342ème et LANTERNE ROUGE du 73 kms des citadelles......
que sont devenus les 180 autres dossards de la liste d'inscription ?....
Gros moment de partage à la bière à LAVELANET puis douche à Montferrier avant de rejoindre en retard
LA PATATE QUI FUME à MONSEGUR, chez une ancienne Rochefortaise compréhensive
qui va nous permettre de débriffer autour d'une entrecôte....
Merci pour cette aventure aux sérials présents, on a pensé aux absents qui ont largement compensé
à Montendre avec les sérials Marseillais...

Et comme dirait l'mahatma :
« 
C’est dans l’effort que l’on trouve la satisfaction et non dans la réussite. Un plein effort est une pleine victoire »




Raid Nature 46 (Rocamadour)
(Challenge National des Raids Multisports 2013)

Quoi faire le weekend end ?
Pourquoi pas un raidounet au pays des brebis.
 

   
Quelle bonne idée.
Nous voilà arrivés vendredi soir sur les hauteurs de Rocamadour, température ext 2°.

Nuit calme, pas de touristes, bizarre.
Samedi 9h45 Breefing, la section canoë est annulée car la Dordogne est en crue, remplacée
par du vtt.
Jusque là tout va bien, le canoë n'est pas notre fort 17 km ça faisait long.



C'est parti pour une course a pied dans Rocamadour, 2 postes, 250m+, nous prenons la
balise obligatoire, la deuxième donne 20 mn de bonus, les meilleurs mettront 15mn pour
la prendre, nous préférons partir sur l'étape 2, une VTT 26 km et 600+ en suivi d'itinéraire.
Là je me dis que j'ai déjà vécu des moments comme ça, je crois que c était  en Lozère,
cette fois ce sont les Causses magnifiques du Quercy, le temps est un peu frais mais
le soleil est avec nous, c'est un beau terrain de jeu.







Nous passons 3h sur la section, Sev commence à compter les dénivelés.
Course aérienne photo google 8 postes au score avalée en 30mn pour 1h donnée pas de
dénivelé tout va bien.
C'est reparti pour 15 kms VTT avec des postes options, nous décidons de faire au plus
court, bon choix car la journée sera longue.



CO mémo en ville 8 postes sur une carte au 2000, nous sommes revenus 3 fois, rapide.
VTT, section 5, 2 postes pour se rendre vers la CO semi nocturne. Nous l'attaquons vers
16h30, elle est donnée pour 3 h pour les meilleurs. 5 postes obligatoires 9 optionnelles
par du temps 15mn a 30mn pour la plus loin. La carte est au 20 millième IGN avec des
postes au milieu du vert, la nous voulons prendre quelques optionnelles et nous perdons
trop de temps. Nous laissons tomber les options et nous finissons la CO en 4 heures.
Le retour VTT fut rapide pour une fin de journée qui fut très difficile.
Super repas local cassoulet au chaudron servi dans une serre, qui fut l'endroit de
rassemblement du weekend.
La nuit fut courte et pas récupérante, c'est toujours comme ça....
Dimanche matin départ à 8 heures sur un court VTT pour faire la CO au score.
1h30 8 kms 500m+ pas facile nous en laissons 5, nous sommes assez satisfaits.
Et c'est reparti pour du VTT ,pour changer, 26 kms 600 +  rubalise. SUPER mais dur dur.
Enfin l'arche  nous attend c'est le meilleur moment bien sûr.
Certainement le plus rustique que j'ai pu faire, pas de ravitos sinon peu, carte IGN sauf
la CO au score, 2 douches froides, une serre pour la nuit et une autre en guise de salle
municipale.
Un vrai raid avec de grosses équipes, bravo.
Pour le classement, nous sommes 6 eme mixte et 42 au scratch.
Pour un total de 105kms en VTT et 6h à pieds en 9h le samedi et 6h de dimanche.

Bravo à Sev qui a tout de même souffert par les dénivelés et la technique.

Les serials rescapés - Sev et Fred

 

5-6 octobre 2013 Raid Landais (Challenge National des Raids Multisports 2013)